Menu

Revue de presse juillet 2020

Finistère. Le festival L’homme et la mer souffle ses dix bougies

Accessible à tous et gratuite, la galerie de photographies à ciel ouvert a été maintenue malgré la crise sanitaire. Du 15 juillet au 31 octobre 2020, 200 œuvres sont exposées dans les rues du Guilvinec (Finistère).

Qu’elles soient festives ou culturelles, rares sont les manifestations estivales à avoir été maintenues en Pays bigouden. C’est le cas du Festival photographique international du Guilvinec (Finistère) L’homme et la mer, qui se tient à partir de ce mercredi 15 juillet et jusqu’au 31 octobre 2020. « La manifestation est aérée, avec un public qui déambule, rappelle son président, Michel Guirriec. Et c’est un petit festival, il n’y a pas de rassemblements devant les photos. »

Une décision d’autant plus importante que, cette année, le festival souffle sa dixième bougie. « En 2011, les augures et beaucoup restaient perplexes sur l’initiative d’un festival photo en plein air et qui plus est pendant quatre mois, poursuit le pilier historique de l’événement. En 2020, il y a plus de photographes qu’il n’y en avait alors – 10 au lieu de 8 – et les formats exposés sont plus grands », se félicite-t-il.

 

« Festival des jeunes »

« On n’est pas un gros festival (54 000 € de budget annuel moyen), et on n’a pas d’obsession du gigantisme. On recherche la qualité », tempère-t-il cependant. Quelles ambitions pour les années à venir alors ? « Notre volonté est de développer le partenariat avec les médiathèques, les animations comme l’atelier d’écriture. Et d’accueillir plus d’établissements scolaires pour créer une sorte de festival des jeunes. » Cette année encore, les projets photographiques des élèves de plusieurs écoles, collèges et lycées du Pays bigouden ont été exposés.

Comme lors des précédentes éditions, le thème de la relation de l’Homme à la mer est exploré sous des angles très différents par les dix exposants. Alors que, dans la série sobrement intitulée « Les Chinois à la plage », Corinne Rozotte documente l’émergence de cette nouvelle activité de loisirs dans l’empire du Milieu, c’est à la pêche à l’ormeau à Molène et à la pêche au pouce-pied à Belle Île que s’intéresse Erwan Amice dans ses reportages.

 

Résidence et BD

Mais cette dixième édition apporte aussi son lot de nouveautés. Pour la première fois, un artiste a été accueilli en résidence. Le photographe parisien Gilles Coulon a posé ses valises au Guilvinec aux frais du festival. De sa rencontre avec ses habitants comme avec ses paysages est née la série « Quand le ciel », exposée rue de Men Meur.

À l’occasion de l’année de la bande dessinée (décrétée par le ministère de la Culture), les rues du Guilvinec accueillent également deux dessinateurs : Emmanuel Lepage et Thierry Chavant.

Des îles Kerguelen aux bases antarctiques Dumont d’Urville ou Concordia, les œuvres du premier nous font découvrir les territoires polaires. Elles complètent les photographies de son frère, François, avec qui Emmanuel a embarqué à bord du « Marion Dufresne » ou de l’« Astrolabe ». Quant aux dessins du second, ils mettent en images l’enquête de la journaliste Catherine Le Gall, qui a voulu montrer combien la vitalité du Pays bigouden dépend de celle de sa pêche.

Comme lors des précédentes éditions, 60 000 visiteurs sont attendus.

OUEST FRANCE
15 juillet 2020

Actualités

Revue de presse juin 2022

Terre-Neuvas au Guilvinec : Émile et ses images au festival L’Homme et la mer Le port du Guilvinec accueille une exposition photo exceptionnelle qui retrace la vie des Terre-Neuvas, entre 1960 et 1980. Des images rares réalisées […]

Revue de presse juin 2022

Julien Pebrel documents life in Abkhazia, a territory of uncertain status Seceded from Georgia in 1992, Abkhazia is recognised as an independent state by only a handful of countries, including Russia. In his latest show, […]

Revue de presse juin 2022

Aurélien Buffet et Valentin Figuier, une histoire de surf, de photo et d’amitié Le surfeur Aurélien Buffet et le photographe Valentin Figuier se sont liés d’amitié il y a quelques années. De cette rencontre est […]