Menu
François BOURGEON

François Bourgeon

François Bourgeon est né à Paris en 1945. Il poursuit des études classiques, perfectionne son dessin dans divers ateliers, puis passe le concours d’entrée à l’école des Métiers d’Art d’où il sort après trois ans d’études avec un diplôme de maître verrier. Sa première histoire en BD paraît en 1972 : «L’ennemi vient de la mer» dans Lisette. En 1978, les éditions Glénat proposent à François Bourgeon d’éditer «Brunelle et Colin» en album et lui offrent la possibilité de commencer une série dans la revue Circus. Ainsi démarre la série «Les Passagers du Vent». Le premier album, «La Fille sur la dunette» lui valut un Alfred à Angoulême en 1979, puis suivirent «Le ponton», «Le comptoir de Juda», «L’heure du serpent» et «Le bois d’ébène». En 2018 est paru le 8ème tome intitulé «Le sang des cerises».

Les passagers du vent

Puisque les personnages de ce récit sont passagers du Vent, c’est au vent de l’Histoire d’orienter cette aventure. Hoel, le compagnon d’Isa, prisonnier des anglais, est destinée à est d’être enfermé sur un bateau de guerre réformé, transformé en prison, un ponton ! Il s’en échappe et décide de fuir en prenant le large !… L’opportunité se présente à Isa et Hoel qui s’embarquent sur un navire négrier. ils suivent, dès lors, un parcours qui les conduit aux Antilles, via l’Afrique pour y charger une cargaison d’esclaves. 

L’instrument de ce commerce est encore un bateau, avec cette difficulté pour François Bourgeon qu’aucune monographie précise n’existait alors sur le sujet. Il établit avec le plus de rigueur possible les plans d’un négrier nantais, la « Marie-Séraphique », connu notamment par deux aquarelles. Il fait passer ce navire dans le domaine de la fiction, sous le nom de « Marie-Caroline ».

Elle n’est pas un simple décor, mais un des acteurs principaux du récit. A bord de la « Marie-Caroline » vivent entassés environ trois cent cinquante captifs. L’espace y est si réduit qu’il faut sans cesse se courber pour se déplacer dans l’entrepont. Les personnages ne se superposent pas au décor mais vivent en son sein. Placés dans un contexte matériel et sociologique bien défini, ils vont évoluer en fonction des contraintes d’une époque qui est la leur. Cependant, pour autant que l’auteur accorde une grande attention à l’Histoire, c’est à la peinture psychologique de ses personnages qu’il s’attache principalement, nous racontant une aventure avant tout humaine. 

Michel THIÉBAUT

PLAN Panneau 3

Découvrez les autres photographes