Menu

Yuri Kozyrev (NOOR) – Lauréat du 9ème Prix Carmignac de Photojournalisme

Né en Russie en 1963, Yuri Kozyrev est photojournaliste depuis 25 ans. Il a été le témoin de nombreux évènement de grande importance historique. Il a commencé sa carrière au Los Angles Times après la chute du bloc de l’Est, dans les années 1990, en capturant les changements rapides de l’ancienne URSS.

En 2001, Yuri Kozyrev commence à couvrir l’actualité internationale, et parcourt l’Afghanistan et l’Irak en tant que photographe indépendant pour Time Magazine. Depuis 2011, il document le Printemps Arabe et ses conséquences au Bahreïn, au Yémen, en Tunisie, et surtout en Égypte et en Libye. Depuis 2015, il couvre les conflits dans l’est de l’Ukraine, la montée du nationalisme russe et la crise des migrants en Europe.

Yuri Koryzev a reçu de nombreuses distinctions pour ses photographies :

  • plusieurs World Press Photo Awards,
  • le prix Oliver Rebbot de l’OPC,
  • le prix ICP Infinity Award for Photojournalism,
  • le Frontline Club Award,
  • le Visa d’or News,
  • le Prix Bayeux-Calvados.

Il a été nommé Photographe de l’année 2011 dans le cadre du concours international Pictures of the Year.

ARCTIQUE : NOUVELLE FRONTIÈRE

Prix Carmignac de Photojournalisme

À travers leur investigation photographique inédite « Arctique : Nouvelle frontière », Yuri Kozyrev et Kadir van Lohuizen ont exploré, sur plus de 15 000 kilomètres, les effets du changement climatique sur ce territoire ainsi que leurs conséquences pour le reste de la planète.

Pour la toute première fois, deux photojournalistes ont couvert simultanément, l’un par la route des ports russes, et l’autre par le passage du Nord-Ouest, les mutations irréversibles que subit l’Arctique pour témoigner des effets de la fonte des glaces et du dégel du permafrost.

 « Les photos de Yuri Kozyrev et de Kadir van Lohuizen […] nous font découvrir l’Arctique d’aujourd’hui à travers des paysages et une faune qui attirent de plus en plus de touristes, des populations exposés à des climats extrêmes et engagées dans l’exploitation de ressources minières comme le nickel, et de plus en plus dans celle du gaz, du pétrole et du charbon.  Le moins que l’on puisse dire, c’est que la protection de l’environnement ne semble pas au cœur de leurs activités. » – Jean Jouzel, Prix Vetlesen 2012 et co-lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2007 en tant que directeur du GIEC

Yuri Kozyrev a parcouru la route des ports maritimes russes de l’Arctique. Il a accompagné les Nénètses, le dernier peuple nomade de la région, dans leur transhumance, interrompue en 2018, pour la première fois de leur histoire, à cause de la fonte du permafrost. Il a longé les côtes de la mer de Barents, au nord du pays, et a voyagé à bord du Montchegorsk, premier porte-conteneurs à avoir emprunté sans assistance la route maritime du Nord. Il a rencontré les populations rendues malades par l’exploitation du nickel à Norilsk, puis s’est rendu à Mourmansk, où la première et secrète centrale nucléaire flottante est en train de voir le jour.

Tourisme, militarisation, exploitation des ressources gazières et minérales, et ouverture de routes commerciales, l’Arctique est aujourd’hui le terrain d’affrontements entre pays et multinationales pour la conquête chaotique de ces zones stratégiques qui resurgissent dans l’histoire des hommes par l’effet du réchauffement de la planète. Les images d’ « Arctique : Nouvelle frontière » de Yuri Kozyrev et Kadir van Lohuizen constituent un témoignage alarmant sur la rapidité de la transformation de la région et les bouleversements induits à l’échelle planétaire.

Crédits photos : Yuri Kozyrev / NOOR pour la Fondation Carmignac

Découvrez les autres photographes