Menu
Denis Dailleux

Denis Dailleux

Denis Dailleux vit au Caire. Avec la délicatesse qui le caractérise, il pratique une photographie apparemment calme, incroyablement exigeante, traversée par des doutes permanents et mue par l’indispensable relation personnelle qu’il va entretenir avec ce – et ceux – qu’il va installer dans le carré de son appareil. Sa passion pour les gens, pour les autres, l’a naturellement amené à développer le portrait comme mode de figuration privilégié de ceux dont il avait l’envie, le désir d’approcher davantage ce qu’ils étaient. Il a découvert le Ghana pour la première fois lorsqu’il est tombé sur le magnifique livre Paul Strand consacré à ce pays. Cela lui a fait une impression tellement incroyable que ce jour-là, il s’est promis d’aller un jour photographier le Ghana.

GHANA

A la recherche de paysages frais et de nouvelles manières d’être, il s’est lancé à la découverte de l’Afrique subsaharienne. «Ma première rencontre a eu lieu à Accra, avec la communauté de pêcheurs de Jamestown. Là, j’ai été frappé par des scènes tout droit sorties de vieilles peintures à l’huile. La lumière le long de l’océan éblouissait, transformant les hommes en silhouettes. Après avoir connu la pudibonderie de l’Égypte, j’ai adoré la beauté et la liberté des corps ghanéens». Pour un photographe, ces corps sont un cadeau.
Régulièrement exposé et publié dans la presse nationale et internationale, son travail fait l’objet de nombreuses monographies. Denis Dailleux est également lauréat de prix prestigieux dont un Word Press Photo – Catégorie Staged Portraits pour sa série «Mère et Fils» en 2014, et en 2019 le Prix Roger Pic décerné par la Scam pour sa série «In Ghana – We shall meet again».

PLAN Panneau 9

Découvrez les autres photographes