Menu

Denis Bourges

Denis Bourges est née le 28 mars 1966 à Saint-Brieuc.

C’est dans le huis clos que Denis Bourges observe les sociétés. En s’installant dans les microcosmes, il cherche à faire apparaître des univers qui cohabitent sans se voir. 

A ses débuts, Denis Bourges voyage en Inde, son terrain de prédilection où il réalise plusieurs séries. Il part ensuite pour Jérusalem, où il interroge les cloisonnements, réels ou symboliques, qui divisent la ville. Entre 2000 et 2009, il explore encore une fois les limites, avec une forme documentaire plus stricte. Il suit, en Bretagne, deux médecin de campagne : son père et le successeur de celui-ci. 

Parallèlement, il travaille sur un ensemble intitulé « Entre deux mondes », s’attachant à faire apparaître des univers qui cohabitent sans se voir. Il met, par exemple, en confrontation l’univers silencieux des moins du Mont-Saint-Michel et la foule des touristes qui assiègent chaque jour le monument. 

En 2019, il propose le projet « Red Star, Plein les yeux » et est lauréat de l’appel pour une résidence de création lancé par les archives de la ville de Saint-Ouen, en partenariat avec la DRAC Île-de-France.

 

ENTRE DEUX EAUX

En résidence à Locqmariaquer, dans le Morbihan, le photographe s’est intéressé au travail de ceux qu’n appelle parfois jardiniers ou les paysans de la mer. Dans la cité de l’huître, les ostréiculteurs représentent une force vive qui perpétue une tradition d’élevage depuis la fin du 19ème siècle. Ancien berceau de l’huître plate le village à vu, dans les années 1930, près de 400 personnes travailler aux parcs. Aujourd’hui, une vingtaine d’exploitations emploie une cinquantaine de personne aidées des travailleurs saisonniers. Entre temps, le secteur aura traversé plusieurs crises économiques. En 1947, l’huître plate disparaît, exterminé par deux parasites ; dès lors, c’est ‘huître creuse qui est cultivée.

Denis Bourges débarque avec ses bottes en caoutchouc et son appareil photo sur ce littoral situé non loin de l’embouchure de la rivière d’Auray, entre le Golfe du Morbihan et la baie de Quiberon. Il connait bien le secteur pour y avoir vécu un moment. Son idée, on pourrait même parler de sentiment, n’est pas de documenter la profession d’ostréiculteur mais de la projeter dans un champ imaginaire et réel à la fois.

Cette série est l’occasion de découvrir ce véritable savoir-faire dans la vision dédoublée du photographe Denis Bourges. L’imbrication des images, de l’élevage à la récolte jusqu’au conditionnement, donne a voir à la réalité d’un métier où les cirées et les bonnets bretons côtoient la Vierge Marie qui protège les marins et les travailleurs de la mer.

 

Texte : Isabelle Stassart

Découvrez les autres photographes