Menu

Arnold Corey

Arnold Corey est un photogaphe d’art basé à Portland, dans l’Oregon. Son travail examine les relations de l’homme avec le monde naturel, notamment les animaux, la production alimentaire et les problèmes environnementaux. Depuis 2002, il photographie sa vie en mer en tant que pêcheur de crabe dans la mer de Béring et en tant que commandant d’un bateau de pêche au saumon rouge en Alaska.

Ses photographies ont été exposées dans le monde entier et publiées dans Harpers, le New-Yorker, le LENS du New-York Times, Art Ltd, le Rolling Stones, le Time, le Oustide, le National Géographic, le Mare et le Paris Review entre autres. Arnold Corey a publié deux livres de photographies, notamment Fish-Work : The Bering Sea et Fishing with my dad.

ALEUTIAN DREAMS

«Il y a quinze ans, j’ai rédigé une affiche de recherche d’emploi et je l’ai accroché à l’extérieur d’une salle de bain, près du Fisherman’s Terminal à Seattle. Il y était inscrit : « Matelot de pont expérimenté recherche emploi sur un bateau de pêche aux crabes ou aux flétans en Alaska — travailleur acharné — n’a pas le mal de mer ». J’avais 24 ans, j’étais énergique et ambitieux, avec quelques années d’expérience dans la pêche eu saumon à mon actif, mais naïf dans le monde de la pêche en haute mer. J’ai été embauché par un pêcheur norvégien chevronné et j’ai volé à bord d’un petit avion à hélices jusqu’au Dutch Harbor. Cette expérience changerait à jamais l’orientation de ma vie, façonnant mon identité de pêcheurs et de photographes.

Isolé du continent par certaines des eaux les plus agitées du monde, Dutch Harbor est un port de pêche commerciale prospère entouré de montagnes escarpées et sans arbres, de vallées sculptées par les glaciers. C’est un endroit où l’industrie et la nature se heurtent en d’étranges et belles façons, où les gens partagent leur repas et leurs déchets avec la faune locale, allant des pygargues à tête blanche jusqu’aux renards curieux

La première année j’ai travaillé à la pêche à la turlutte de la morue dans la mer de Béring et j’ai continué à travailler comme crabier pendant les sept saisons suivantes. Ce qui m’a attiré en retour, ce n’était pas seulement l’argent mais la réalisation curieuse et souvent masochiste du rêve américain dans les îles Aléoutiennes.

Ceux qui viennent ici ont souvent le désir d’échapper à la sécurité de la maison pour travailler dans un environnement rempli de risques et d’une grandeur, loin d’être ordinaire. Lors de mes derniers voyages, j’ai rejoint des pêcheurs en mer, d’une part à bord de crabier et de chalutiers, et sur terre d’autre part, pour documenter le paysage surréaliste de la pêche, qui a captivé mon imagination.

Aleutian Dreams est une collection d’images de mon voyage à travers cette frontière sauvage et impitoyable de l’Alaska occidental.»

 

Découvrez les autres photographes